Pas de chimie décarbonée sans électricité

17 07 2023
Philippe Bohlinger
© Olivier Lievin
Les polymères et résines sous la forme de granulés sont utilisés pour produire des objets du quotidien : pots de yaourt, carrosserie, téléphones, pneumatiques…

L’industrie chimique accélère sa décarbonation en France, en embarquant notamment sa quinzaine de plateformes, avec un objectif réaliste de -36 % à l’horizon 2030. La mise en œuvre de technologies de rupture (hydrogène vert, captage et stockage de CO2), indispensables pour franchir un cap supplémentaire, implique cependant une forte hausse des besoins en électricité et donc une meilleure planification.

La chimie entame un indispensable virage « vert ». Il s’agit, après la sidérurgie, du deuxième plus gros secteur industriel émetteur de gaz à effet de serre (GES), avec 5 % des émissions nationales (21,5 millions de tonnes de CO2 par an). Cette industrie au lourd bilan carbone a l’avantage d’être aussi l’une des plus régulées. Sous la pression de règlementations drastiques, la chimie mondiale a déjà résolu par le passé deux problèmes environnementaux majeurs : l’élimination des gaz HFC (hydrofl uorocarbures) qui détruisaient la couche d’ozone et la réduction des émissions de soufre à l’origine des pluies acides. Face au nouveau défi du réchauffement planétaire, les acteurs de la chimie rappellent que leurs installations sont aussi pourvoyeuses de solutions . C’est dans leurs laboratoires que sont développés les procédés innovants utilisés pour la fabrication des batteries, le traitement de l’eau, le recyclage des pales d’éoliennes, etc. N’est-ce pas sur ces vastes plateformes que se construit la transition écologique avec l’émergence des premières unités industrielles dans la chimie du biosourcé ou encore les investissements dans le recyclage chimique des plastiques ?

« La chimie est omniprésent dans notre vie quotidienne, dans les textiles, les emballages, composants automobiles et aéronautiques, médicaments, etc. Pourtant, c’est un secteur méconnu du grand public, un peu abstrait, car il regroupe une multitude d’activités, depuis la production de principes actifs, en passant par les matériaux polymères, ou l’alimentation animale. Ses engagements en matière de décarbonation n’en sont pas moins forts », analyse Sylvain Le Net, responsable énergie et changement climatique chez France Chimie.

Vous avez lu 1% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Plan France 2030 : Appels à projets DECARB IND et DECARB IND +

05 09 2023

Pour continuer sur cette thématique nous vous offrons ce numéro d'Energie Plus.

Lire la suite

L'industrie prévoit de doubler ses investissements pour la transition énergétique

04 08 2023
Léa Surmaire

Les entreprises manufacturières, qui représentent environ 20 % des émissions de gaz à effet de serre de France, comptent dédier 1,2 % de leur chiffre d’affaires à la transition énergétique sur la période 2023-2025.

Lire la suite

Stocker l’énergie électrique dans de la glace

13 07 2023
Léa Surmaire

À la manière des immenses piscines de glace utilisées pour la climatisation de grands espaces, Boréales Energy a développé un accumulateur thermique statique plus petit et modulable pour s’adapter aux besoins du petit résidentiel, du bâtiment, de l’industrie ou encore de l’agroalimentaire.

Lire la suite