Le charbon au secours du système électrique ?

31 01 2022
Olivier Mary
Francois-AdobeStock

Pour pallier la faible disponibilité du parc nucléaire cet hiver, l’État étudie plusieurs options. Un projet de décret notamment vise à augmenter le plafond d’émission de gaz à effet de serre des installations de production d’électricité à partir de combustibles fossiles. Par conséquent, les deux dernières centrales à charbon françaises pourraient bien tourner à plein régime pendant deux mois.

La disponibilité du parc nucléaire français n’a jamais été aussi basse à cette période de l’année. Elle est évaluée par RTE entre 43 GW et 51 GW pour le mois de janvier. La crise sanitaire a empêché l’entretien normal de plusieurs installations. Cela a abouti à la mise en pause imprévue des deux réacteurs de Chooz pour des vérifications liées à la sûreté et par la prolongation de l’arrêt des deux réacteurs de Civaux pour la même raison. En tout, douze sont au point mort. Le gestionnaire de réseau a donc placé cet hiver sous vigilance. En cas de températures de 4°C en dessous des normales ou de situation de très faible production éolienne en Europe, RTE envisage des coupures ponctuelles pour les grands consommateurs industriels, la baisse de la tension sur les réseaux, voir des coupures ciblées de consommateurs. Pour éviter d’avoir recours à ces méthodes, le Gouvernement envisage de se tourner vers le charbon.

Vous avez lu 4% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Le bond inattendu des émissions de méthane expliqué

17 01 2023
Olivier Mary

En 2020, la concentration de méthane dans l’atmosphère a bondi dans des proportions inédites depuis le début des mesures dans les années 1980. Des scientifiques viennent de comprendre les causes de ce phénomène. Il est la conséquence des conditions climatiques dans les zones humides et de la réduction des radicaux hydroxyles atmosphériques.

Lire la suite

La COP27 tente de réparer les conséquences sans s’attaquer aux causes

05 12 2022
Olivier Mary

La 27e édition de la Conférence des parties s’est terminée le dimanche 20 novembre. Les discussions ont avancé autour de la question des pertes et dommages, et l’accord fait toujours référence à l’objectif des 1,5 °C, mais sans stratégie pour y parvenir. L’abandon des énergies fossiles, pourtant l’une des principales causes du dérèglement climatique, n…

Lire la suite

Des données pour anticiper le risque sécheresse sur un bâtiment

15 11 2022
Léa Surmaire

Inondations, températures extrêmes… Depuis 2017, NamR mutualise des bases de données publiques pour établir, grâce à l’intelligence artificielle, les risques de catastrophes climatiques sur chaque bâtiment français. Depuis 2021, la sécheresse a été ajoutée à son arc de compétences. Après une aridité estivale sans précédent, Marc Stéfanon, chef de projet data et docteur climat et…

Lire la suite