Un verre de bouteille en voie de décarbonation

06 10 2022
Clément Cygler
Vera / Adobe Stock

D’ici 2030, Verallia vise à réduire de 46 % ses émissions de CO2. Un objectif ambitieux et cohérent pour s’inscrire dans une trajectoire de limitation du changement climatique à 1,5°C. Trois grands axes de travail sont étudiés, notamment la fusion électrique.

Responsable de l’émission de près de 3 millions de tonnes de CO2 par an, la filière du verre doit renforcer ses efforts de décarbonation pour tendre vers une croissance durable. Certains industriels l’ont déjà compris, à l’image de Verallia, leader européen de l’emballage en verre. Après avoir dévoilé sa stratégie « Réimaginer le verre pour construire un avenir durable » en octobre 2020, l’entreprise s’est fixée une série d’engagements ambitieux mais cohérents au regard du scénario référentiel du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). « Début 2021, un premier niveau d’exigences a été ciblé, avec un objectif de réduction de CO2 nous permettant de se placer sur la trajectoire de limitation du réchauffement climatique à 2°C », retrace Romain Barral, directeur des opérations de Verallia. Cela signifiait une diminution des émissions des Scope 1 et 2* de 27,5 % en 2030 par rapport à 2019. Pour y parvenir, Verallia a articulé sa stratégie autour de trois grands axes.

Vous avez lu 2% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Une piste pour valoriser le SF6

01 10 2022
Olivier Mary

Le SF6 utilisé dans la filière électrique est un très puissant gaz à effet de serre. Si des alternatives sont recherchées, de grandes quantités sont toujours utilisées et restent présentes dans de nombreuses installations. Des scientifiques sont en train de mettre au point une méthode pour le valoriser.

Lire la suite

Les diamants, semi-conducteurs de luxe pour l’instant

24 03 2022
Simon Philippe

Si le silicium est aujourd’hui la star des semi-conducteurs, le diamant pourrait bien le remplacer dans les prochaines décennies. Avec des capacités électroniques et thermiques supérieures, cette substitution offre de nombreuses possibilités dans le transport d’électricité, la bionique ou l’aéronautique. Du moins, si le coût de ce matériau baisse.

Lire la suite

Le port de Bordeaux mise sur l'hydrogène

08 03 2022
Caroline Kim-Morange

La direction du port de Bordeaux fait de l’hydrogène le coeur de sa stratégie. Elle structure un écosystème foncier, énergétique et économique favorable à l’implantation d’électrolyseurs de grande capacité. Le but : installer 1 GW de capacité pour une transition bas carbone de la zone industrialo-portuaire.

Lire la suite