Le photovoltaïque veut mettre de l’agri dans son nom

15 03 2021
Caroline Kim-Morange
Sun'Agri

Agrivoltaïsme, le terme est à la mode. Ce serait l’un des moyens pour atteindre les objectifs photovoltaïques du pays. Dans le monde agricole, cette notion suscite espoirs et inquiétudes. Pour permettre l’essor de cette nouvelle niche, les différents acteurs tablent sur la réglementation.

Annoncée en 2018, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit pour le solaire photovoltaïque 35,6 à 44,5 gigawatts (GW) de puissance installée en 2028. Les énergéticiens ont fait leurs calculs. « Aujourd’hui, le parc installé a une puissance de 10 GW. Si 50 % de cette puissance est installée au sol et 50 % en toiture et que l’on vise l’objectif haut de la PPE, il faudrait donc installer 17 GW au sol. Cela représente 18 000 à 27 000 hectares à couvrir de panneaux solaires. Soit 3 à 4 000 ha par an. Par rapport aux 55 000 ha de sols artificialisés chaque année et aux 85 000 ha de terres gagnées par la forêt par an, l’enjeu du photovoltaïque est très faible », assurait Jean- Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (Ser) lors d’un webinaire organisé le 15 décembre 2020 par le Ser sur “l’énergie photovoltaïque dans le monde agricole”.
Pourquoi partir sur 50% de surfaces photovoltaïques (PV) à installer au sol ? « Parce que les centrales au sol, par économie d’échelle, produisent l’électricité la plus économique, et que par nature les centrales en toiture sont petites. Il n’existe pas de toitures permettant d’installer des projets de 15 ou 20 MW. Même chose pour les parkings. Bien sûr, nous faisons des petits projets mais il faudrait des millions de petits projets pour atteindre les objectifs de la PPE », estime Xavier Daval, président de SER-Soler, la branche solaire du SER.

Vous avez lu 1% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Corsica Sole soutient le réseau Corse

25 11 2021
Olivier Mary

Le réseau électrique corse dépend pour beaucoup de deux centrales thermiques très polluantes et couteuses. Développer la production renouvelable et le stockage d’électricité est une solution pour le sécuriser à moindre coût. Positionnée sur ces technologies, Corsica Sole est désormais le deuxième producteur de l’île.

Lire la suite

Les territoires bretons s’engagent dans l’hydrogène

09 11 2021
Clément Cygler

Que ce soit pour des usages maritimes ou terrestres, la Région Bretagne veut accompagner et structurer sa filière hydrogène locale. Portés par des acteurs publics et privés, de nombreux projets sont en cours et visent la création d’écosystèmes couvrant toute la chaîne de valeur de l’hydrogène.

Lire la suite

Une unité de méthanisation axée sur les biodéchets

09 11 2021
Olivier Mary

CVE et Île-de-France Énergies ont inauguré une unité de méthanisation à Moret-Loing-et-Orvanne, en Seine et Marne. Spécificité de cette installation, elle valorise 50 % de biodéchets locaux issus de la restauration et de l’agroalimentaire, ainsi que des fumiers équins. Elle injecte 250 Nm³ de biométhane par heure dans le réseau de gaz.

Lire la suite