La géothermie profonde à la conquête de l’ouest et du sud

19 03 2024
Léa Surmaire
BRGM, Ademe, Région Île-de-France
Carte du tracé prévisionnel de la campagne géophysique en Île-de-France.

Une étude est en cours afin de déterminer le potentiel de la géothermie profonde dans l’ouest et le sud de l’Île-de-France. Sa première partie consiste à caractériser les différentes couches géologiques grâce à des vibrations.

Depuis le 26 février dernier, des camions sillonnent de nuit l’ouest et le sud franciliens. À l’instar d’un échographe, ils envoient des ondes acoustiques pour imager 1 900 m2 de sous-sol en trois dimensions. Le but ? Identifier le potentiel calorifique de ces espaces afin d’y envisager le développement de la géothermie profonde. Pour rappel, celle-ci consiste à récupérer l’énergie thermique (entre 30 et 90 °C) présente dans les couches terrestres à plus de 600 mètres de profondeur.

Les différents aquifères du bassin parisien

En Île-de-France et dans les régions limitrophes, cinq ressources géothermales peuvent être utilisées. Les aquifères clastiques de l’Albien et du Néocomien sont les moins profonds (600 à 1 000 mètres de profondeur) et leur température est entre 25 et 40 °C. Plusieurs installations y puisent déjà de l’énergie comme à Saint- Germain-en-Laye. À environ 1 000 m, l’aquifère calcaire de l’Oxfordien n’est pas du tout exploité. Celui du Dogger, en revanche, est celui qui compte à ce jour le plus de puits de France. Dans cette formation située entre 1 500 et 2 000 m de profondeur, les températures varient entre 55 et 85 °C. Enfin, une seule installation est en fonctionnement sur l’aquifère du Trias (2 000 m et plus de 90 °C), à Châteauroux.

Vous avez lu 2% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Importations d’hydrogène : de nombreux défis à relever

17 04 2024
Léa Surmaire

Selon France Hydrogène, qui a synthétisé différents rapports, de nombreuses incertitudes planent sur les volumes d’hydrogène vert ou décarboné disponibles à l’import mais aussi sur les moyens de les acheminer.

Lire la suite

Un chauffage « trois en un » dans le neuf quatre

16 04 2024
Thomas Blosseville

Un projet de rénovation globale, coordonné par la société Hellio, a permis à une copropriété de réaliser un saut de trois classes énergétiques. Une performance surtout due à l’installation d’un mode de chauffage innovant, combinant pompes à chaleur, solaire et gaz naturel.

Lire la suite

Stockage intersaisonnier : des technologies à développer

29 03 2024
Clément Cygler

Si les systèmes de stockage intersaisonnier de chaleur sont assez connus en Allemagne, aux Pays-Bas ou dans les pays nordiques, ils restent encore beaucoup trop confidentiels sur le territoire français. Pourtant, de par leurs caractéristiques et avantages, ces solutions pourraient facilement trouver leur place. L’Académie des technologies a émis cinq recommandations pour y…

Lire la suite