Pas de transition énergétique sans maîtrise des métaux critiques

26 05 2023
Philippe Bohlinger
Allen/Adobe Stock
La mine de cuivre à ciel ouvert de Bingham Canyon est située dans l’Utah aux États-Unis. Avec sa largeur de 4 km et sa profondeur de plus de 1 200 m, elle est visible à l’oeil nu depuis la Station spatiale internationale.

L’Union européenne entend réduire sa dépendance aux importations de métaux critiques et de terres rares, des matières premières indispensables à la transition énergétique. L’enjeu réside davantage dans la sécurisation des approvisionnements et dans la relocalisation des chaînes de valeur, plutôt que dans l’ouverture de nouvelles mines sur le Vieux Continent.

Les métaux dits « critiques » sont partout, dans les puces électroniques, les munitions ou encore les lasers, mais surtout dans les technologies de la transition écologique. Parmi ces matériaux, le cobalt, le lithium et le nickel demeurent essentiels à la fabrication des batteries électriques. Or l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que la demande mondiale pour ces métaux pourrait être multipliée respectivement par 21, 42 et 19 à l’horizon 2040 dans un scénario climatique « contraint ». En raison de leurs propriétés physico-chimiques, les terres rares (néodyme, praséodyme, dysprosium, etc.) apparaissent quant à elles incontournables pour la fabrication d’aimants permanents, des composants utilisés dans les motorisations de certains véhicules électriques, mais aussi dans les génératrices des puissantes éoliennes. Pourtant, une majeure partie des ressources en terres rares, des technologies de raffi nage, mais aussi capacités de production en aimants permanents est concentrée entre les mains de la Chine. Depuis 2020, les ruptures dans les chaînes d’approvisionnement mondiales suscitées par la pandémie de Covid-19 ou encore la crise énergétique induite par la guerre en Ukraine, ont incité les économies européennes à chercher à sécuriser l’accès à ces minéraux.

Vous avez lu 1% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

La filière SMR à la recherche de financements

23 05 2024
Olivier Mary

Enerpresse a organisé un débat sur les réacteurs nucléaires de petite taille, plus couramment appelés small modular reactors (SMR). Les intervenants se sont plus particulièrement intéressés aux nécessaires partenariats et financements pour atteindre les objectifs d’une offre française d’ici 2035.

Lire la suite

Cigéo : l'Andra bâtit les fondations de la mémoire

21 05 2024
Philippe Bohlinger

Le projet de stockage des déchets les plus dangereux du parc nucléaire français à 500 mètres sous terre, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, s’accompagne d’un ambitieux programme de recherche destiné à conserver la mémoire du site sur cinq siècles et bien au-delà.

Lire la suite

Comment optimiser les procédés de refroidissement ?

06 05 2024
Clément Cygler

Plusieurs leviers d’action peuvent être mobilisés pour optimiser la performance des procédés de refroidissement industriels, que ce soit pour économiser de l’énergie, obtenir une meilleure qualité ou augmenter la production. Retour avec le Centre technique des industries aérauliques et thermiques et le Pôle Cristal sur les principales données à retenir.

Lire la suite