COP26 : une édition capitale pour enfin avancer

16 11 2021
Olivier Mary
UNclimate
Négociations lors de la COP26.

Commencée le 31 octobre, la COP26 est une édition clé pour mettre en œuvre concrètement les règles de l’Accord de Paris. Elle devrait permettre de lever les ultimes blocages qui parasitent les négociations depuis des années, notamment la question des financements climatiques.

 

Du 31 octobre au 12 novembre – et plus si les négociations s’éternisent – se tient à Glasgow la vingt-sixième conférence des parties (COP26). Cette manifestation, annulée l’année dernière à cause de la pandémie de Covid-19, a été préparée dans des conditions très particulières par le Royaume-Uni. Certaines petites délégations ont d’ailleurs eu des difficultés pour rejoindre l’Écosse à cause des contraintes sanitaires. En dépit de ce contexte, cette édition revêt une importance capitale. « L’Accord de Paris organise des cycles de cinq ans lors desquels les États doivent soumettre une version plus ambitieuse de leurs contributions déterminées au niveau national (INDC) pour ne pas dépasser les 2°C de réchauffement d’ici la fin du siècle », explique Henri Waisman, coordinateur Deep Decarbonization Pathways Project à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri). Après une édition annulée, c’est donc avant l’évènement de Glasgow que ces INDC devront être publiées.

Des États plus ou moins ambitieux

Les États avaient initialement jusqu’au 31 juillet 2020 pour rendre leurs INDC. Malgré une année supplémentaire, nombre d’entre eux ont tardé à les publier ou ne l’avaient toujours pas fait à quelques heures du début des négociations. Et ceux qui l’ont fait dans les temps n’ont pas forcément relevé leurs ambitions. « Une soixantaine d’INDC ont des ambitions égales voire moindres à celles de 2015 et cela est en contradiction avec l’Accord de Paris qui prévoit une amélioration continue des efforts », détaille Lola Vallejo, directrice du programme climat de l’Iddri. Parmi ces pays figurent de forts émetteurs de gaz à effet de serre (GES) comme la Russie, le Brésil, l’Indonésie, l’Australie ou le Mexique. La Chine, qui émet à elle seule 27 % des GES dans le monde, a rendu sa copie trois jours seulement avant le début du sommet. Et ses propositions ont aussi beaucoup déçu. Elle entend atteindre son pic d’émissions avant 2030 et la neutralité carbone avant 2060.

Vous avez lu 2% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

La décarbonation de l’administration publique doit accélérer

24 11 2021
Simon Philippe

Dans le cadre de son plan de transformation de l’économie française, le think thank Shift Project a rendu un rapport concernant la décarbonation du service public. Un objectif qui demande des mesures rapides et fortes.

Lire la suite

Changement climatique et migrations forcées

24 11 2021
Simon Philippe

Plus de 216 millions d’individus pourraient être forcés de migrer à cause des changements climatiques, prévoit la Banque mondiale dans le rapport Groundswell. Une situation certainement sous-évaluée mais contre laquelle il est possible d’agir.



 

Lire la suite

Les marchés carbone locaux doivent encore se structurer

08 11 2021
Olivier Mary

En France, les collectivités territoriales participant à des mécanismes de compensation carbone volontaire restent rares. Toutefois, et notamment avec la création du label bas-carbone, des projets se structurent. Le plus ambitieux est en cours à la Rochelle, mais d’autres plus modestes essaiment dans le pays, créant une mosaïque de marchés carbone…

Lire la suite