Le monde peine à se décarboner

14 12 2021
Clément Cygler
rusty elliott/AdobeStock

Comme chaque année, Climate Chance publie son bilan mondial de l’action climat par secteur. Après deux années marquées par la pandémie de Covid-19, les émissions de gaz à effet de serre sont à nouveau en hausse, particulièrement dans les pays asiatiques, africains et au Moyen-Orient. Cette année, la demande de charbon devrait ainsi atteindre le pic de 2014, avec une croissance concentrée à 80 % en Asie, dont plus de la moitié en Chine. Dans le même temps, avec la reprise de l’économie, le rythme de disparition des forêts est reparti à la hausse depuis l’année dernière : près de 12,2 millions d’hectares ont été coupés. Malgré ces mauvaises nouvelles, les énergies renouvelables et la mobilité bas carbone se développent dans les grandes économies. 260 GW de capacités ont été installés en 2020 : c’est un nouveau record. Alors que le marché automobile est au plus bas, les véhicules électriques ont profité des plans de relance, des politiques urbaines et des stratégies des constructeurs qui misent sur l’électrification et la fin programmée des voitures thermiques.

En Europe, une voiture sur dix vendue est désormais électrique ou hybride. L’électrification ne touche pas seulement les moyens de transports. C’est aussi le cas du chauffage. 11,7 % de la chaleur consommée par les bâtiments en 2019 était d’origine électrique, contre 9,6 % dix ans auparavant. Mais cette électrification des usages cache le fait que 61 % de l’électricité mondiale est encore produite par des énergies fossiles. La production a donc beaucoup de mal à se décarboner et ce phénomène pourrait être aggravé par une pénurie de matériaux. La relance économique et la réorientation vers la transition énergétique ont accru la pression sur le cuivre, le lithium, le cobalt, le nickel, les terres rares et les semi-conducteurs. Malgré ces difficultés, les objectifs affichés de neutralité carbone se multiplient, que ce soit dans les entreprises ou les États. Pourtant, les gouvernements ont souvent des attitudes assez ambiguës… Depuis le début de la pandémie, les pays du G20 se sont notamment engagés à investir plus de 700 milliards de dollars dans leurs économies, dont environ 40 % dans des secteurs émetteurs. Les filières bas carbone se partagent 37 % de cette enveloppe.

Le bond inattendu des émissions de méthane expliqué

17 01 2023
Olivier Mary

En 2020, la concentration de méthane dans l’atmosphère a bondi dans des proportions inédites depuis le début des mesures dans les années 1980. Des scientifiques viennent de comprendre les causes de ce phénomène. Il est la conséquence des conditions climatiques dans les zones humides et de la réduction des radicaux hydroxyles atmosphériques.

Lire la suite

La COP27 tente de réparer les conséquences sans s’attaquer aux causes

05 12 2022
Olivier Mary

La 27e édition de la Conférence des parties s’est terminée le dimanche 20 novembre. Les discussions ont avancé autour de la question des pertes et dommages, et l’accord fait toujours référence à l’objectif des 1,5 °C, mais sans stratégie pour y parvenir. L’abandon des énergies fossiles, pourtant l’une des principales causes du dérèglement climatique, n…

Lire la suite

Des données pour anticiper le risque sécheresse sur un bâtiment

15 11 2022
Léa Surmaire

Inondations, températures extrêmes… Depuis 2017, NamR mutualise des bases de données publiques pour établir, grâce à l’intelligence artificielle, les risques de catastrophes climatiques sur chaque bâtiment français. Depuis 2021, la sécheresse a été ajoutée à son arc de compétences. Après une aridité estivale sans précédent, Marc Stéfanon, chef de projet data et docteur climat et…

Lire la suite