Transport : Quelles mesures pour soutenir le parent pauvre des CEE ?

15 04 2021
Thomas Blosseville
Adobe Stock

Les transports représentent une part marginale dans les actions soutenues par les certificats d’économies d’énergie. Pour y remédier, plusieurs fiches et programmes sont en cours de préparation ou de révision.

C’est presque le maillon faible des certificats d’économies d’énergie (CEE). Le secteur des transports bénéficie certes de 32 fiches CEE standardisées et de divers programmes d’aides tels que Moebus (acquisition par les collectivités de bus électriques) ou Acote (sensibilisation des collectivités locales au covoiturage (Voir Énergie Plus n°638). Il n’empêche : « les transports ne contribuent pas aux CEE autant qu’ils le devraient », analyse Marc Gendron, délégué général du Club CEE de l’Association technique énergie environnement (ATEE). Le ministère de la Transition écologique a beau assurer que « le nombre d’opérations CEE dans le secteur des transports est en augmentation », les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur la période en cours, du 1er janvier 2018 au 28 février 2021, seuls 3,8 % des CEE classiques et précarité ont été délivrés dans les transports. Très loin derrière le bâtiment, qui concentre 76,6 % du dispositif et nettement moins aussi que l’industrie (17 %). « On pense beaucoup aux CEE pour la rénovation énergétique, mais moins pour les transports, qui font pourtant aussi l’objet d’une ambition politique », observe Mathias Laffont, directeur économie, mobilité et bâtiment à l’Union française de l’électricité (UFE). « Ce n’est pas seulement la responsabilité de l’administration. C’est aussi dû à l’écosystème d’acteurs. Il y a beaucoup plus de parties prenantes dans la rénovation que dans la décarbonation des transports ».

Vous avez lu 1% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

	CEE

CEE

Efficacité énergétique et confort pour les plus précaires

21 12 2023
Caroline Kim-Morange

Favoriser l’émergence de logements confortables et très performants sur le plan énergétique, tout en étant accessibles à la location pour les plus modestes : c’est l’objectif du programme Toits d’abord imaginé par la Fondation Abbé Pierre. Il est reconduit et amplifié sur 2024-2026.

Lire la suite

Mutualiser la logistique des artisans et commerçants

21 12 2023
Léa Surmaire

Entre 2023 et 2026, le programme Marguerite vise à optimiser les flux urbains de marchandises réalisés par des artisans et des commerçants en compte propre. Premier objectif ? En accompagner 1 800 dans la transformation de leurs pratiques logistiques.

Lire la suite

« Les industriels connaissent peu les opérations spécifiques »

21 12 2023
Léa Surmaire

Quentin Despres est consultant en efficacité énergétique pour le cabinet de conseil en optimisation de performance Epsa. Il détaille les critères d’éligibilité et la méthode de calcul des opérations spécifiques, un volet du dispositif des certificats d’économies d’énergie qui affiche encore de nombreuses limites.

Lire la suite