L'Ademe Ile-de-France dresse son bilan 2021

01 04 2022
Olivier Mary
Photofranck/Adobe Stock

L’Ademe Île-de-France a fait le bilan de son action en 2021. Elle mobilisé 140 millions d’euros d’aide pour plus de 600 projets, soit une augmentation de de 112 % par rapport à l’année précédente. Ces aides ont surtout porté sur la rénovation énergétique des bâtiments, premier poste de consommation énergétique en Île-de-France et sur le développement des énergies renouvelables et de récupération.

L’Ademe a aussi beaucoup travaillé autour des enjeux de mobilité pour réduire le trafic routier au profit des modes actifs et des transports collectifs, à la fois pour parvenir à réduire la dépendance aux énergies fossiles, baisser les gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique qui touche particulièrement la région. Enfin, l’agence a soutenu le développement de l’économie circulaire. Elle a renforcé ses appels à projets récurrents : Fonds chaleur, Fonds Air Mobilité, etc. Ils ont soutenu sur l’année 2021 plus de 300 projets qui ont bénéficié de 93 M€ sur les 140 M€. France relance est venu renforcer l’action de l’Ademe en Île-de-France avec 344 projets supplémentaires aidés en 2021. Ils ont bénéficié d’une enveloppe de 50 M€.

Cet apport de France relance a permis de toucher de nouvelles cibles, en particulier les PME et les TPE. Cela les a aidées à se lancer dans la transition écologique. 97 % d’entre elles n’avaient jamais bénéficié de ce type d’aides auparavant. En 2022, l’accent sera mis tout particulièrement sur la question des friches et celle de la qualité de l’air.

Pour la transition énergétique, l’Ademe a quatre objectifs principaux pour cette année. Tout d’abord, soutenir via le Fonds chaleur la récupération de chaleur fatale, la géothermie profonde, les pompes à chaleur et les projets de chaufferies biomasse. Ensuite, elle souhaite aider à la décarbonation de l’industrie.

Le troisième objectif, en lien avec le Fonds chaleur, est d’intensifier le déploiement des contrats de développement patrimoniaux territoriaux énergies renouvelables, qui permettent d’aider des grappes de petits projets qui ne seraient pas éligibles au Fonds individuellement mais qui peuvent atteindre ensemble les seuils requis pour être aidés. Enfin, le quatrième objectif est de poursuivre le soutien à la rénovation énergétique. L’Ademe poursuivra son aide aux agences locales énergie-climat, qui jouent un rôle crucial sur les territoires pour accompagner les collectivités et les citoyens dans la rénovation énergétique.

« La crise ukrainienne pourrait accélérer les EnR européennes », estime Emmanuel Grand

05 04 2022
Simon Philippe

L’invasion de l’Ukraine par la Russie se poursuit déstabilisant toujours plus les marchés de l’énergie. Emmanuel Grand, économiste spécialisé dans le secteur de l’énergie du cabinet de conseil FTI Consulting, revient pour Énergie Plus sur les conséquences de cette guerre, qui pourrait permettre à l’Europe de déployer plus rapidement le renouvelable, avec potentiellement plus de…

Lire la suite

Des solutions diverses mais complémentaires pour traiter les émissions résiduelles

05 04 2022
Clément Cygler

Reforestation, gestion optimisée des sols, captage direct dans l’air, bioénergie… Plusieurs solutions existent ou sont en cours de développement pour réduire les émissions résiduelles incompressibles de carbone. Chacun de ces procédés jouera un rôle vital et complémentaire.

Lire la suite

L’osmotique, nouvelle EnR compétitive s’installe sur le Rhône

22 03 2022
Simon Philippe

Depuis quelques années, la Compagnie nationale du Rhône mise sur les énergies renouvelables. Son dernier pari, l’énergie osmotique. Grâce à un procédé porté par la start-up française Sweetch Energy, le fleuve pourrait devenir une source d’énergie renouvelable et permanente.

Lire la suite